Contenu de la page.

Guide de prélèvements pour détection du VPH

La détection du virus du papillome humain à haut risque requiert l’utilisation du milieu de prélèvement cellulaire «cobas ©PCR». Sur réception d’un rapport cytologique démontrant des ASC-US, chez une patiente de 30 ans et plus, le médecin traitant effectue un prélèvement et achemine l’échantillon au laboratoire de son centre serveur afin qu’il soit expédié au laboratoire de microbiologie désigné pour exécuter l’analyse.

L’échantillon doit être accompagné d’une requête de demande d’analyse «Détection du VPH HR / Virus du papillome humain Haut Risque » et d’une copie du rapport cytologique.
 

Détection au niveau du col utérin


Les papillomavirus humains à haut risque (VPH HR) sont la cause de lésions intraépithéliales cervicales de grade élevé (LIGE également désignée CIN2, 3) et du cancer du col utérin.

Au Québec, la détection des VPH HR au niveau du col utérin est recommandée pour le tri des femmes de trente ans et plus ayant un résultat cytologique démontrant des altérations cellulaires de signification indéterminée, mieux connu sous l’acronyme anglais ASC-US (atypical squamous cells of undetermined significance) (1). La détection du VPH HR ne remplace pas la cytologie (test de Pap), laquelle demeure le seul test de dépistage actuellement recommandé au Québec.

La majorité des femmes ayant un résultat d’ASC-US avec un résultat négatif au test de détection du VPH HR n’a pas de LIGE (ou CIN2,3). On pourra répéter le test cytologique pour ces femmes 12 mois plus tard (1). Par
contre, les femmes avec un résultat d’ASC-US et un résultat positif au test de détection du VPH HR doivent être dirigées en colposcopie.

Le test moléculaire de détection des VPH HR offert par les laboratoires de microbiologie médicale désignés a été validé selon des critères internationaux. Ce test permet la détection de 14 VPH HR (VPH16, VPH18 et 12
autres génotypes oncogènes détectés comme groupe). La conduite clinique pour une patiente avec une cytologie ASC-US est la même quel que soit le type de VPH identifié. 
 

Indications du test en cabinet privé ou en clinique médicale 


Les demandes de détection de VPH HR doivent être faites par le médecin prescripteur du test PAP pour les femmes de 30 ans et plus avec une cytologie démontrant un ASC-US (TRIAGE). Les patientes ne doivent pas être référées en colposcopie pour obtenir ce prélèvement qui peut être effectué en bureau.

  • Si le test VPH HR est positif, référez en colposcopie (2);

  • Si le test VPH HR est négatif, répétez la cytologie dans un an.
     

Indications du test en clinique de colposcopie

  • Femme avec ASC-US dont la colposcopie est normale : selon la recommandation du médecin colposcopiste, le test VPH HR  peut être répété après douze mois (2,3);

  • Patiente traitée pour une LIGE (CIN2, 3) : selon la décision du médecin colposcopiste,  le test VPH HR peut être utilisé pour guider le  suivi de la patiente (2,4).


Le test n'est pas indiqué pour 

  • Les femmes avec les résultats cytologiques suivants : ASC-H (cellules pavimenteuses atypiques pour lesquelles il n’est pas possible d’exclure une lésion intraépithéliale de grade élevé), d’atypies glandulaires (AG) ou de lésions intraépithéliales de bas-grade ou de grade élevé (LIBG, LIGE) ;

  • La prise de décision sur la vaccination contre les VPH ;

  • Le diagnostic des condylomes génitaux ;

  • Le dépistage des infections transmissibles sexuellement ;

  • Le suivi des femmes enceintes ;

  • Les femmes âgées de moins de trente ans ;

  • L’évaluation d’abus sexuel. 


Algorithme de prescription du VPH HR

 

algo_vph.JPG

Marche à suivre pour une demande par le médecin prescripteur

  • 1. Se procurer le matériel de prélèvement (voir rubrique Matériel de prélèvement) selon le mode régulier d’approvisionnement de fournitures médicales (commander séparément, l’écouvillon de dacron et la cytobrosse selon la technique de prélèvement utilisée);

  • 2. Télécharger le formulaire de demande d’analyse du VPH HR sur le site web de l’un des deux laboratoires suprarégionaux désignés pour l’analyse du VPH HR. Le compléter en y indiquant toutes les informations requises;

  • 3. Faire une copie du rapport cytologique démontrant des altérations cellulaires de signification indéterminée (ASCUS) reçu et le joindre au formulaire de demande d’analyse VPH HR (sauf pour les cliniques de colposcopie);

  • 4. Procéder au prélèvement en suivant les instructions jointes ci-dessous. Bien identifier le spécimen en utilisant la double identification (nom de la patiente et numéro d’assurance maladie ou date de naissance et sexe);

  • 5. Faire le colis et l’expédier, par les routes régulières de transport des échantillons, à votre établissement serveur, afin qu’il soit expédié au laboratoire suprarégional qui vous est désigné pour l’analyse du VPH HR (CHUM ou CHU de Québec). L’emballage des échantillons de VPH doit satisfaire aux normes locales, fédérales et nationales pour le transport d'agents pathogènes. 





 




 

Matériel de prélèvement

COMMANDE (ROCHE DIAGNOSTIC CANADA)

Produits
1. Milieu de prélèvement cellulaire cobas® PCR
Contenu : 250 tubes/emballage
Numéros de catalogue : 05619637190

2. Dispositif de prélèvement (Balai*)
Contenu : 25/sac 20X25 balais/emballage 
Numéro de catalogue : 04496094190

 * Le balai est différent de la cytobrosse conventionnelle  (1) (2)

PRÉCAUTIONS

  • Conserver à l'abri de la chaleur, des étincelles, des flammes et d'autres sources d'ignition. Porter un équipement de protection personnelle approprié. Utiliser uniquement dans un environnement 
    convenablement aéré.

  • ​Appliquer les pratiques d'hygiène industrielle appropriées. Éviter tout contact avec les yeux, la peau et les vêtements. Le produit est hautement inflammable et la formation de mélanges d'air et de vapeurs explosives n'est pas exclue, même à température ambiante.

  • Respecter les règles s'appliquant aux liquides inflammables. Conserver le contenant hermétiquement fermé dans un endroit frais et bien aéré.


STABILITÉ

  • Entreposer le milieu de prélèvement cellulaire cobas® PCR sans échantillon cellulaire à température ambiante (entre 15 °C et 30 °C). La durée de conservation du milieu est d’environ 12 mois (vérifier la date de péremption sur le contenant).


Entreposage et expédition du spéciment

Les échantillons cervicaux recueillis dans le milieu de prélèvement cellulaire cobas® PCR peuvent être transportés à une température située entre 2 et 30 °C.

Le transport des échantillons de VPH doit satisfaire aux normes locales, fédérales et nationales pour le transport d'agents pathogènes.

Les échantillons cervicaux recueillis dans le milieu de prélèvement cellulaire cobas® PCR peuvent être conservés jusqu'à 6 mois après la date de leur prélèvement, à une température comprise entre 2 et 30 °C ce qui permet aux laboratoires d'archiver les échantillons pour des analyses ultérieures.

À inclure dans l'envoi 
Le formulaire de demande d’analyse dûment complété; •
La copie du rapport cytologique démontrant des altérations cellulaires de signification indéterminée (ASC-US) ;
Le spécimen dans le milieu de prélèvement cellulaire cobas® PCR correctement identifié.

TOUTE DEMANDE NE RÉPONDANT PAS AUX CRITÈRES DE DÉTECTION DU VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN (HAUT RISQUE) (PATIENTE DE 30 ANS ET PLUS AYANT UN FROTTIS CYTOLOGIQUE DU COL UTÉRIN DÉMONTRANT DES ALTÉRATIONS CELLULAIRES DE SIGNIFICATION INDÉTERMINÉE (ASC-US) OU PATIENTE SUIVIE EN CLINIQUE DE COLPOSCOPIE) OU TOUTE DEMANDE NE RÉPONDANT PAS À LA NORME DE LA DOUBLE-IDENTIFICATION DU SPÉCIMEN EST SUJETTE AU REJET.


Prélèvement de l'échantillon du col utérin pour VPH HR

L’échantillon approprié pour la détection de VPH HR est obtenu par un brossage de l’endocol et de l’exocol à l’aide d’une cytobrosse du type « balai » (broom-type device) qui recueille des cellules de l’endocol et de l’exocol. L’utilisation d’une cytobrosse augmente la sensibilité de la détection des VPH HR comparativement à l’utilisation d’un écouvillon. Le clinicien peut également combiner le prélèvement obtenu avec une cytobrosse et une spatule si la cytobrosse utilisée ne recueille que les cellules de l’endocol.



Renseignements pour envois de spécimens ou demandes d'informations sur les analyse : Laboratoire de microbiologie médicale du CHUCe lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.


Références


1. Groupe de travail sur les lignes directrices pour le du cancer du col utérin au Québec. Lignes directrices sur le dépistage du cancer du col utérin au Québec. Institut National de Santé Publique du Québec. Pages 1-40. 2011. Montréal

2. Massad, L. S., M. H. Einstein, W. K. Huh, H. A. Katki, W. K. Kinney, M. Schiffman, D. Solomon, N. Wentzensen, and H. W. Lawson. 2013. 2012 updated consensus guidelines for the management of abnormal cervical cancer screening tests and cancer precursors. Obstet.Gynecol. 121:829-846.

3. Wright, T. C. J., L. S. Massad, C. J. Dunton, M. Spitzer, E. J. Wilkinson, and D. Solomon. 2007. 2006 consensus guidelines for the management of women with cervical intraepithelial neoplasia or adenocarcinoma in situ. J.Low.Genit.Tract.Dis. 11:223-239. 4. Bentley J. Colposcopic management of abnormal cervical cytology and histology. J Obstet Gynaecol Can 2012; 34:1188-1202.