Contenu de la page.

Maltraitance envers les personnes aînées

Description

La maltraitance c’est un « geste singulier ou répétitif ou un défaut d'action appropriée qui se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance et qui cause, intentionnellement ou non, du tort ou de la détresse à une personne ».

Définition de la maltraitance et de la bientraitance

Selon la loi, la maltraitance c’est un « geste singulier ou répétitif ou un défaut d'action appropriée qui se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance et qui cause, intentionnellement ou non, du tort ou de la détresse à une personne » (Article 2, paragraphe 3).

La bientraitance « vise le bien-être, le respect de la dignité, l’épanouissement, l’estime de soi, l’inclusion et la sécurité de la personne. Elle s’exprime par des attentions, des attitudes, des actions et des pratiques respectueuses des valeurs, de la culture, des croyances, du parcours de vie, de la singularité et des droits et libertés de la personne aînée. » 

Les pratiques « bientraitantes » sont des outils de prévention et de sensibilisation essentiels contre la maltraitance.
 


Qui sont les personnes les plus vulnérables à la maltraitance?

Une personne vulnérable est une « personne majeure dont la capacité de demander ou d'obtenir de l'aide est limitée temporairement ou de façon permanente, en raison notamment d'une contrainte, d'une maladie, d'une blessure ou d'un hadicap, lesquels peuvent être d'ordre physique, cognitif ou psychologique » (Article 2, paragraphe 4)


Savez-vous reconnaître une situation de maltraitance?

La maltraitance peut se manifester sous deux formes et être intentionnelle ou non :

  1. La violence :

Malmener une personne aînée ou la faire agir contre sa volonté, en employant la force et/ou l’intimidation*.

  1. La négligence :

Ne pas se soucier de la personne aînée, notamment par une absence d’action appropriée afin de répondre à ses besoins.

Les types de maltraitance :

  • Maltraitance psychologique 

Exemples : Chantage affectif, manipulation, infantilisation, menaces verbales et non-verbales, surveillance exagérée des activités, rejet, indifférence, isolement social, etc.
 

  • Maltraitance physique :

Exemples : bousculade, alimentation forcée, administration inadéquate de la médication, utilisation inappropriée de contentions (physiques ou chimiques), privation des conditions raisonnables de confort ou de sécurité, non-assistance à l’alimentation, l’habillement, l’hygiène ou la médication lorsqu’on est responsable d’une personne en situation de dépendance, etc.
 

  • Maltraitance sexuelle :

Propos ou attitudes suggestifs, blagues ou insultes à connotation sexuelle, propos homophobes, biphobes ou transphobes, comportements exhibitionnistes, agressions à caractère sexuel (attouchements non désirés, relation sexuelle imposée), privation d’intimité, traiter la personne aînée comme un être asexuel et/ou l’empêcher d’exprimer sa sexualité, non-respect de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, etc.
 

  • Maltraitance matérielle ou financière :

Exemples : pression à modifier un testament, transaction bancaire sans consentement (utilisation d’une carte bancaire, transactions internet, etc.), détournement de fonds ou de biens, ne pas gérer les biens dans l’intérêt de la personne ou ne pas fournir les biens nécessaires lorsqu’on en a la responsabilité, ne pas s’interroger sur l’aptitude d’une personne, sa compréhension ou sa littératie financière, etc.
 

  • Violation des droits :

Exemples : Imposition d’un traitement médical, déni du droit de choisir, de voter, d’avoir son intimité, de prendre des risques, de recevoir des appels téléphoniques ou de la visite, de pratiquer sa religion, de vivre son orientation sexuelle, non-information ou mésinformation sur ses droits, ne pas porter assistance dans l’exercice de ses droits, non reconnaissance de ses capacités, etc.
 

  • Maltraitance organisationnelle :

Exemples : conditions ou pratiques organisationnelles qui entraînent le non-respect des choix ou des droits des personnes (services offerts de façon brusque, etc.), offre de services inadaptée aux besoins des personnes, directive absente ou mal comprise de la part du personnel, capacité organisationnelle réduite, procédure administrative complexe, formation inadéquate du personnel, personnel non mobilisé, etc.
 

  • Âgisme : 

Exemples; imposition de restrictions ou normes sociales en raison de l’âge, réduction de l’accessibilité à certaines ressources, préjugés, infantilisation, mépris, indifférence à l’égard des pratiques ou des propos âgistes lorsque nous en sommes témoin, etc.

Sources : 
Pratique de pointe pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal; Ligne Aide Abus Aînés; Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées; Ministère de la Famille, Secrétariat aux Aînés, Gouvernement du Québec, 2017.
 


Qui peut être l’auteur de maltraitance dans le CHU de Québec-Université Laval?

  1. Une personne œuvrant dans l’établissement (employé, médecins, dentistes, résidents bénévoles, stagiaires)

  2. Une membre issu de la communauté (famille, proche aidant, visiteurs, etc.) OU un autre usager


Dernière révision du contenu : le 9 juin 2022

Signaler une erreur ou émettre un commentaire