Contenu de la page.
Implant cochléaire

Implant cochléaire

Mots clefsaudition, "Centre d'expertise en implant cochléaire", "Centre québécois d'expertise en implant cochléaire", "implant cochléaire", implantation, oreille, surdité

Description

Le CHU est le seul centre hospitalier au Québec à pratiquer l’implantation chirurgicale d'un système électronique sous la peau et dans l’oreille afin de restaurer l'audition de personnes atteintes d’une surdité sévère à profonde. Il offre des services d’évaluation et de chirurgie pour l’implant cochléaire. Ceux-ci incluent les soins médicaux généraux et spécialisés, la programmation initiale des implants, les contrôles annuels, les rehaussements technologiques ainsi que le soutien technique.
 

L’implant cochléaire est composé d’une partie interne et d’une partie externe. La partie interne est insérée sous la peau derrière l’oreille lors d’une chirurgie qui nécessite une anesthésie générale.  

La partie externe est constituée du processeur vocal qui est relié à l’antenne. L’antenne est munie d’un aimant qui permet de la maintenir vis-à-vis la partie interne, afin que le contact puisse s'établir. Le processeur vocal peut être un mini-boîtier ou un contour d’oreille, fonctionnant avec ou sans télécommande. Voici les différents modèles pouvant vous être attribués. 

Notre équipe travaille avec quatre compagnies d’implants cochléaires (Cochlear, Advanced Bionics, Med-El et Oticon Medical) offrant une technologie équivalente et des résultats similaires. L'audiologiste conseillera le patient pour le choix de son processeur en fonction de ses besoins.  Le choix de la marque d'implant revient toutefois au chirurgien si le patient présente des particularités médicales.
 

Fonctionnement de l'implant cochléaire
  • Le microphone capte les sons de l’environnement. Ensuite, les sons sont analysés par le processeur.
  • Les sons codés sont transmis à la partie interne. Celle-ci les transforme en impulsions électriques.  
  • Les impulsions électriques sont dirigées vers les électrodes. 
  • Les électrodes stimulent le nerf auditif qui envoie l’information au cerveau.

Pièces et accessoires  

Pièces à la charge du CHU de Québec-Université Laval (CHU) et du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Installation Institut Raymond-Dewar

Les pièces nécessaires au fonctionnement quotidien de l’implant cochléaire sont principalement :

  • Processeur.
  • Antenne et fil d’antenne.
  • Chargeur.
  • Télécommande (s’il y a lieu).

Les coûts de réparation et d'entretien de ces pièces sont payés par :

  • Le CHU pour les usagers de l'Est du Québec.
  • Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Installation Raymond-Dewar pour les usagers provenant de l'Ouest du Québec. 


L’implantation cochléaire au Québec fait partie des programmes ministériels d’aides techniques du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ainsi, le CHU doit respecter les directives décidées par le MSSS. En vertu de ces directives, les équipements (processeur et ses accessoires) n’appartiennent pas aux personnes porteuses d’un implant cochléaire.  Ils leur sont prêtés à long terme. Les personnes porteuses d’un implant cochléaire ne peuvent pas échanger, auprès des compagnies d’implant, le processeur du CHU contre un processeur de technologie plus récente.

Par ailleurs, le CHU de Québec-UL assume les frais de rehaussement technologique dans deux situations : 

  • La partie interne de l’implant cochléaire n’est plus fonctionnelle.
  • La technologie n’est plus soutenue par le manufacturier.

Dans le cadre d’une implantation bilatérale (aux deux oreilles) séquentielle, le rehaussement du processeur reçu lors de la première implantation est soumis à ces mêmes conditions.  

Pièces à la charge des utilisateurs d'implant cochléaire

Les pièces suivantes sont à la charge des utilisateurs (non couvertes) : 

  • Processeur supplémentaire. 
  • Piles. 
  • Accessoires :
    •   Câble audio personnel.
    •   Accessoire sans fil Bluetooth.
    •   Boîte de rangement pour enlever l'humidité.
    •   Couvercle décoratif pour antenne et processeur.
    •   Accessoire hydrofuge.
    •   Etc.

 

Perte, feu et vol du processeur


Toutes les compagnies offrent une couverture en cas de perte, feu et vol du processeur au cours des 5 premières années suivant la prise de possession du processeur.  La compagnie remplacera le processeur sans frais une seule fois, au cours de la période de couverture « one time loss ». Par la suite, l’usager devra assumer lui-même le montant de la franchise des assurances du CHU de Québec ou du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Installation Raymond-Dewar. Il est actuellement fixé à 1 500 $ (montant sujet à changement).

Il est donc suggéré de prendre une assurance pour couvrir la franchise à la fin de la période de garantie de 5 ans de la compagnie ou suivant la première perte du processeur.  Vous pouvez vous informer auprès de votre compagnie d’assurances habitation.  L’Association des implantés cochléaires du Québec offre également une assurance à faible coût.  À noter qu'une seule franchise est payable par réclamation, pour 1 ou 2 appareils lorsqu'il y a port bilatéral.

 

Un peu d'histoire...

En mai 1984, le Dr Pierre Ferron posait un implant cochléaire à un patient âgé de 37 ans. Une première à l’échelle canadienne! Il lançait ainsi à L’Hôtel-Dieu de Québec le Programme québécois pour l’implant cochléaire. Plusieurs années plus tard, en mars 2000, le médecin réalisait une première mondiale en pratiquant l’opération sur un bébé de 5 mois, qui devenait alors le plus jeune patient au monde à avoir subi cette délicate intervention chirurgicale. 

Questions et réponses

À quoi peut-on s’attendre avec un implant cochléaire ?

Les résultats varieront selon différents facteurs propres à chaque personne (étiologie de la surdité, durée de la surdité, utilisation des restes auditifs avant de recevoir un implant cochléaire, niveau de langage, etc.). 

À quoi ressemble le son entendu avec un implant cochléaire ? Est-ce que je vais entendre de la même manière qu’avec mes appareils auditifs ?

Selon plusieurs adultes, le son avec un implant cochléaire est différent de celui entendu avec un appareil auditif ou une oreille normale. Pour certaines personnes, le son peut sembler métallique, sourd ou aigu et pour d’autres, il se rapproche du son naturel. La façon d’apprécier le son va évoluer dans le temps. Au début de la programmation, certaines personnes pourront trouver le son peu agréable, mais s’y habitueront par la suite. Pour les enfants ayant une surdité importante depuis la naissance, ils n’ont pas de point de comparaison, puisqu’ils retiraient des bénéfices limités du port d’appareils auditifs. 

Est-ce qu’on peut entendre les bruits de l’environnement avec un implant cochléaire ?

Avec l’implant cochléaire, les personnes sont capables d’entendre (au début parfois sans savoir de quoi il s’agit) des sons faibles (ex. : tic tac de l’horloge, les oiseaux, le bruit du réfrigérateur). Toutefois, quelques semaines peuvent être nécessaires avant de reconnaître les bruits de l’environnement (identifier ce qui a été entendu).

Est-ce que l’implant cochléaire peut m’aider à comprendre une personne qui me parle et dont je vois les lèvres ?

La majorité des personnes qui reçoivent un implant cochléaire notent une amélioration significative de leur habileté à suivre une conversation avec le support de la lecture labiale.Les échanges quotidiens sont ainsi grandement facilités, car ils demandent beaucoup moins d’efforts.

Est-ce que l’implant cochléaire permet de comprendre/reconnaître la parole lorsque je n’ai pas accès à la lecture labiale ? Est-ce que je pourrai comprendre la parole dans toutes les situations ?

À la fin de la réadaptation fonctionnelle intensive (RFI), la majorité des adultes peuvent comprendre des mots et/ou des phrases seulement avec leur audition (sans voir les lèvres de l’interlocuteur) dans un endroit calme. Toutefois, le pourcentage de mots et/ou de phrases reconnus ainsi que le degré de facilité avec lequel ils vont y parvenir varient d’une personne à l’autre. Il est difficile de prédire le niveau maximal qui pourra être atteint, car plusieurs facteurs sont à considérer (ex. : durée de surdité, habiletés auditives en pré-implant, etc.).

Toutefois, il faut noter que les performances avec un implant cochléaire sont influencées par l’environnement sonore. En effet, lorsque les personnes se retrouvent dans un milieu bruyant ou en groupe (ex. : restaurant, rencontre de famille…), elles ont souvent plus de difficulté à comprendre la parole.

Est-ce que l’implant cochléaire permet d’avoir une conversation au téléphone ?

Plusieurs personnes avec un implant cochléaire sont capables de suivre une conversation au téléphone avec une personne connue. Ce sera plus ou moins facile selon les individus. Certaines pourront comprendre une conversation avec un inconnu alors que pour d’autres, la conversation pourra être très limitée, voire impossible. Les habiletés au téléphone sont directement reliées à la capacité de comprendre la parole par l’audition uniquement.

Quelles sont les limites de l’implant cochléaire ?

Il est à noter que certaines situations demeurent problématiques avec l’implant cochléaire.Bien que ce soit un appareil très perfectionné, il ne peut prioriser la parole par rapport au bruit.Ainsi, le bruit ambiant (musique, plusieurs personnes qui parlent, etc.) se mélange avec la voix de la personne que l’on veut entendre. Cela augmente la difficulté à comprendre le message.  

L’implant cochléaire permet-il d’entendre dans toutes les situations ? Permet-il de bien comprendre dans le bruit ou les situations de groupe ?

Les gens rapportent qu’ils ont plus de difficulté à suivre une conversation dans des situations bruyantes que dans le silence. Ils doivent alors utiliser davantage les indices visuels (lecture labiale, gestes naturels) et les stratégies de communication pour comprendre. Des ajustements particuliers sont possibles en programmation pour tenter de faciliter l’écoute dans le bruit, mais les résultats demeurent plus limités dans cette situation.

L’implant cochléaire permet-il d’écouter la musique ?

Les performances observées sont variables. Certains adultes apprécient ce qu’ils entendent lorsqu’ils écoutent de la musique, alors que pour d’autres, la musique apparaît comme un ensemble de bruits. Par ailleurs, certains peuvent identifier les instruments de musique ou suivre le rythme, mais sont incapables de reconnaître les paroles d’une chanson. D'autrespeuvent reconnaître des mots et/ou des phrases complètes d’une chanson connue et parfois même, inconnue.

L'implant cochléaire facilite-t-il l’écoute de la télévision ?

Certaines personnes peuvent comprendre des mots et/ou des phrases sans lecture labiale ou sous-titrage. Cependant, dès qu’il y a du bruit de fond ou de la musique dans une émission, la parole devient beaucoup plus difficile à comprendre. De plus, il est très ardu de comprendre les émissions traduites parce que l’on ne peut pas se servir de la lecture labiale. Par conséquent,la majorité des personnes ont recours à des aides techniques telles qu’un système qui envoie directement le son du téléviseur à l’implant cochléaire et/ou au sous-titrage pour l’écoute de la télévision.

Dernière révision du contenu : le 8 août 2018

Signaler une erreur ou émettre un commentaire