Contenu de la page.
Pédiatrie

Bronchospasme

Description

Qu'est-ce qu'un bronchospasme ?


Votre enfant peut être à son premier épisode de bronchospasme ou il peut aussi avoir fait un bronchospasme sur un asthme déjà connu.

La difficulté respiratoire de votre enfant est causée par l’obstruction de ses voies respiratoires, soit les bronches. Les bronches sont les conduits qui permettent à l’air de se rendre aux poumons. Certains déclencheurs peuvent entrainer une inflammation des bronches. La partie intérieure est enflée et crée une augmentation du mucus. De plus, les muscles autour des bronches se contractent sous forme de spasme ce qui diminue encore plus l’entrée d’air dans les poumons.


Bronche normale

 

Bronche en bronchospasme




Signes et symptômes

  • Respiration plus rapide.
  • Toux.
  • Effort respiratoire augmenté et tirage (utilisation des muscles entre les côtes).
  • Battement des ailes du nez (BAN).
  • Changement de la coloration.
  • Respiration sifflante (wheezing).
  • Taux en oxygène diminué (saturation basse).


Tirage
On peut observer la difficulté respiratoire par la peau qui semble creuser en-dessous ou entre les côtes.  L’enfant peut présenter aussi un battement des ailes du nez, soit un élargissement des narines à chaque inspiration.


Hospitalisation

Certains enfants nécessitent une surveillance médicale plus rapprochée. L’hospitalisation est à envisager si votre enfant :

  • A besoin de recevoir de l’oxygène.
  • A un effort respiratoire accru, accompagné d’une détresse modérée ou grave.
  • A peu d’amélioration après avoir reçu le traitement initial et doit poursuivre un traitement avec un bronchodilatateur à une plus grande fréquence que toutes les quatre heures.
  • A besoin d’un suivi plus étroit (ex. : autres maladies, récente exacerbation aiguë, distance de l’établissement de santé, etc.).
 

Traitements

Le traitement de la détresse respiratoire repose principalement sur assurer une bonne oxygénation et une bonne respiration. Selon le jugement du médecin, d’autres examens et traitements d’appoint pourront être prescrits qui ne sont pas indiqués ci-dessous.
 

Oxygénation

Le taux en oxygène de votre enfant sera surveillé à l’aide d’un saturomètre. L’équipe soignante aura peut-être besoin d’administrer de l’oxygène à votre enfant afin de maintenir une bonne saturation. L’oxygène est généralement administré par des lunettes nasales ou un masque.
 

Administration de bronchodilatateurs

Le salbutamol est le bronchodilatateur est le médicament de choix. Le salbutamol sera principalement administré à votre enfant via un aérosol-doseur (pompe) muni d’une chambre d’espacement. Cette méthode d’administration permet de libérer le médicament dans les voies respiratoires et ainsi de diminuer les effets secondaires (ex. : tremblements). Le salbutamol sera administré à une fréquence intermittente qui sera déterminée selon la gravité des symptômes et de la réponse au traitement. Si votre enfant a une difficulté respiratoire importante, il se peut aussi qu’il reçoive son bronchodilatateur en nébulisation ainsi que d’autres médicaments tel que l’ipratropium.
 

L’administration de corticostéroïdes

Certains enfants auront besoin de recevoir des stéroïdes par voie orale au moment du traitement initial. Il se peut aussi que votre enfant doit recevoir des stéroïdes sous forme intravaineuse (IV) s’il souffre d’une difficulté respiratoire grave, des vomissements ou qu’il ne s’améliore pas avec le traitement initial.


Retour à la maison

  • Le congé de l’hôpital de votre enfant pourra être envisagé si son état respiratoire s’améliore.

  • Votre enfant peut retourner à la maison même s’il reçoit encore des bronchodilatateurs, mais à une fréquence plus espacée.

  • Généralement, un traitement par aérosol-doseur va se poursuivre une certaine période de temps à la maison.

Cause et prévention

Comment prévenir un nouvel épisode de bronchospasme ?


La principale cause des exacerbations de l’asthme chez les enfants sont les infections respiratoires virales. Les autres déclencheurs peuvent être :

  • L’exposition aux aéroallergènes (pollens, animaux, poussières).
  • La pollution de l’air.
  • Les variations de température.
  • L’exercice.
  • Les émotions et le stress.
  • Les odeurs fortes.
  • La fumée secondaire.
  • Le chauffage au bois.
  • La moisissure.
  • Mauvaise adhésion aux corticostéroïdes inhalés (CSI).

Tenter de trouver ceux qui ont pu irriter ou causer de l’inflammation aux bronches de votre enfant de façon à pouvoir les éviter ou les contrôler. Si vous identifiez certains facteurs, parlez-en avec votre professionnel de la santé.