Contenu de la page.
Anesthésiologie

Anesthésie régionale d'un membre inférieur et supérieur : recommandations

Mots clefs

anesthésie, "anesthésie du membre inférieur", "anesthésie du membre supérieur", "anesthésie locale", "anesthésie régionale", chirurgie, conseil, douleur, "douleur chronique", "guide d'enseignement", "membre inférieur", "membre supérieur", recommandation

Description

Le but de ce document est de vous informer sur les recommandations à suivre suite à une anesthésie régionale d'un membre inférieur ou supérieur.

L'anesthésie régionale ou bloc nerveux vise à supprimer la sensation (douleur) d'un membre ou d'une région pour effectuer une intervention chirurgicale ou pour traiter des douleurs chroniques. Pour ce faire, l'anesthésiologiste localise différents nerfs et injecte un produit qui va anesthésier le nerf du membre pour une durée de 2 à 24 heures, selon le produit utilisé.

Membre inférieur
Membre inférieur

Membre supérieur
Membre supérieur

Préparation


Si vous avez des interrogations ou si vous désirez des explications supplémentaires concernant l’anesthésie, n'hésitez pas à en discuter avec votre anesthésiologiste.

Retour à domicile

 

Recommandations générales

  • Pour la durée du bloc nerveux (de 2 à 24 heures), vous ne pourrez pas contrôler votre jambe ou bras gelé (faiblesse et engourdissement).
  • S'il y a apparition d'une rougeur, vous devez immédiatement changer de position pour retirer la compression.
  • Il est important de ne pas utiliser ou toucher des objets coupants ou brûlants (eau chaude, appareils de chauffage, feux, cigarette, briquet, rond de poêle, etc.). Il faut bien entendu ne pas conduire un véhicule motorisé.

 

Recommandations spécifiques pour la jambe

  • Il faut garder votre jambe au repos et ne jamais marcher sans aide. Pour cette raison, il est très important d'avoir de l'aide à la maison en tout temps, surtout pour les premières 24 heures.
  • Il faut toujours avoir la jambe dans une position libre et neutre.
  • Assurez-vous qu'il n'y a pas de compression (car vous ne sentirez pas de douleur) au niveau de votre jambe. Par exemple, il ne faut pas dormir les jambes croisées pour la première nuit.
  • Il est impératif de ne pas marcher pieds nus pour les premières 24 heures.
  • En postopératoire, la jambe commencera à dégeler lentement. Tout d'abord, vous retrouverez votre force puis un retour de sensibilité de façon graduelle. Une fois celles-ci revenues à la normale, vous pourrez reprendre vos déplacements à moins d'avis contraire de votre chirurgien. De plus, lorsque vous commencerez à ressentir la moindre douleur, il est bien important de prendre la médication prescrite par le chirurgien pour soulager votre douleur avant que votre jambe ne « dégèle » complètement.

 

Recommandations spécifiques pour le bras

  • Il faut mettre votre bras dans une écharpe et le garder au repos. Pour cette raison, il est très important d'avoir de l'aide à la maison en tout temps, pour les premières 24 heures.
  • Il faut toujours avoir le bras dans une position libre et neutre.
  • Assurez-vous qu'il n'y a pas de compression (car vous ne sentirez pas de douleur) au niveau de votre bras. Par exemple, il ne faut pas dormir sur le ventre avec le bras sous le corps pour la première nuit.
  • En postopératoire, le bras commencera à dégeler lentement. Tout d'abord, vous retrouverez votre force puis un retour de sensibilité de façon graduelle. Une fois celles-ci revenues à la normale, vous pourrez reprendre vos activités avec votre membre à moins d'avis contraire de votre médecin. De plus, lorsque vous commencerez à ressentir la moindre douleur, il est bien important de prendre la médication prescrite pour soulager votre douleur avant que le bras ne « dégèle » complètement.

 


 

Soyez vigilant !

 

Surveillez les complications lorsque vous êtes de retour à domicile.


Appelez INFO-SANTÉ (composez le 811) ou présentez-vous à l’urgence (en cas d’urgence, composez le 911) si :

  • Faiblesse au niveau du membre persistant plus de 24 heures après votre anesthésie.
  • Perte de sensations ou fourmillements au niveau du membre persistant plus de 24 heures après votre anesthésie.
  • Difficultés respiratoires.
  • Rougeur, gonflement ou écoulement au niveau de l'endroit où a été effectuée l'injection.

 

Dernière révision du contenu : le 30 octobre 2018

Signaler une erreur ou émettre un commentaire