Contenu de la page.
Ophtalmologie

La conjonctivite à adénovirus

Mots clefs

adénovirus, conjonctive, infection, oeil, paupière, virus, yeux

Description

La conjonctivite à adénovirus est une infection de l'intérieur des paupières et de la partie blanche de l’œil qui est la conjonctive. Elle est causée par un virus qui se nomme adénovirus. Il est possible d'avoir cette infection plus d'une fois.

Cause et prévention

La conjonctivite à adénovirus est très contagieuse. Le virus se transmet par un contact avec les liquides du corps : les larmes, la salive, les éternuements et les selles, mais peut aussi être acquis de façon indirecte sur les surfaces contaminées par ces liquides (table, poignée de porte, etc.). Le virus peut survivre sur ces surfaces plus de 3 semaines. La période de contagion est de 2 jours avant l’apparition des symptômes et peut durer jusqu’à 2 semaines après le début de l’infection.

Les symptômes de la conjonctivite virale à adénovirus débutent de manière brutale et peuvent durer jusqu'à 2-3 semaines. Durant la 1re semaine, les symptômes peuvent même s’aggraver. Les symptômes débutent généralement dans un œil et peuvent se transmettre rapidement dans l’autre. À noter qu’il n’est pas nécessaire de retourner voir son médecin parce que l’infection s’est propagée à l’autre œil.

Symptômes

Symptômes qui peuvent être importants

  • La vision est généralement intacte
  • Rougeur et enflure de la conjonctive (blanc de l’œil)
  • Larmoiement
  • Démangeaison
  • Sensation de corps étranger ou de brûlure
  • Photophobie (sensibilité à la lumière)
  • Paupières collées au réveil
  • Enflure des paupières
  • Fièvre, rhume, gastroentérite sont parfois associés

Santé, bien-être et développement

Les gouttes antivirales actuelles et les antibiotiques n'ont pas d'effet sur ce virus. Le traitement a pour but de soulager les symptômes, mais elle ne réduit pas la durée de l’infection : 

  • Utilisation de larmes artificielles (froides), 6 à 8 fois par jour, au besoin
  • Compresses humides froides ou « ice pack » en gel souple, 6 à 8 fois par jour, au besoin

Lors de cas plus sévères, un traitement de gouttes de cortisone peut être initié. Un suivi n'est pas toujours requis. Votre ophtalmologiste décidera si votre condition en nécessite un.

Pendant 2 semaines après le début des symptômes, afin d'éviter la contamination de vos proches et de votre environnement, il est primordial de :

  • Éviter de se toucher les yeux
  • Se laver fréquemment les mains avec de l'eau et du savon
  • Limiter les contacts rapprochés avec les autres (famille et travail)
  • Laver souvent les draps, oreillers, serviettes...
  • Désinfecter toutes les surfaces touchées (poignées, éviers, tables, chaises, etc.) avec de l'eau et du savon
  • Éviter de se maquiller et jeter le maquillage contaminé
  • Il est possible qu'un arrêt de travail soit nécessaire si le risque de transmission est élevé (travail avec le public, service de garde, milieu de la santé, milieu scolaire)


Dans la majorité des cas, la récupération est complète. Une infection très grave peut créer des cicatrices sur la surface de l’œil (cornée). Ces cicatrices peuvent être permanentes si l'infection est non traitée, ce qui peut causer une baisse de vision. 

Il est donc nécessaire de revenir consulter advenant :

  • Une baisse de votre vision (même quelques mois après l'infection)
  • Une apparition de sensibilité à la lumière
  • Une apparition d'une nouvelle douleur non soulagée par les larmes/compresses

COORDONNÉES


Centre universitaire d'ophtalmologie (CUO)
Local où se présenter : D1-02
Téléphone : 418 682-7680

Annulation de rendez-vous : 418 682-7680
Télécopieur : 418 682-7534
Numéro sans-frais : 1 866 735-0007

De jour, du lundi au vendredi, appelez au Centre universitaire d'ophtalmologie (CUO).
De soir, de nuit, de fin de semaine, appelez Info-Santé : 811
En cas de complications, présentez-vous à l'urgence de l'Hôpital du Saint-Sacrement en tout temps.

Dernière révision du contenu : le 19 février 2019

Signaler une erreur ou émettre un commentaire