Une livraison historique au nouveau complexe hospitalier



Jeudi le 25 mai, les équipes du chantier du nouveau complexe hospitalier (NCH) ont accueilli le cyclotron, un équipement médical de pointe qui permet de produire des radio-isotopes essentiels en médecine nucléaire. 

L’équipement permettra au CHU de Québec-Université Laval (CHU) de consolider son rôle de leader dans la recherche et les soins. L’acquisition du cyclotron est possible grâce à un important investissement de la part de la Fondation du CHU de Québec. 
 
Mais qu’est-ce qu’un cyclotron? Il s’agit d’un accélérateur de particules circulaire dans lequel on accélère des protons dans un champ électrique et magnétique. L’extraction des protons permet de bombarder des cibles d’isotopes stables pour produire les radio-isotopes médicaux qui sont par la suite utilisés pour la recherche ainsi que pour le diagnostic et le traitement de maladies, comme le cancer.  

L’arrivée du cyclotron marque le passage d’une grande étape pour le projet du NCH puisque le CHU est le premier centre hospitalier de l’est de la province à se doter d’un tel équipement! Celui-ci permettra au CHU d’être autonome dans sa production de radio-isotopes médicaux. 

Le cyclotron du CHU servira principalement à fabriquer des molécules radioactives pour faire de l’imagerie spécialisée de type TEP scan, l’imagerie médicale la plus sophistiquée en médecine nucléaire. La TEP est le meilleur examen pour imager le cancer, puisqu’elle permet de voir l’étendue de la maladie et d’évaluer les décisions à prendre pour le traitement. 

Ainsi, le CHU pourra continuer d’offrir un meilleur accès aux traitements de pointe à ses usagers, en plus d’offrir des outils supplémentaires pour permettre aux intervenants de bien faire leur travail. 

Le cyclotron est sécuritaire et ne représente pas de danger pour le voisinage puisque la dose de radioactivité que pourrait recevoir un membre du public ou un employé en cas d’incident n’est jamais susceptible de dépasser la limite annuelle réglementée d’un mSv http://suretenucleaire.gc.ca/fra/resources/radiation/introduction-to-radiation/radiation-doses.cfm. À titre de comparaison, un examen de tomodensitogramme (aussi connu sous les noms de TDM, scanneur ou TACO) typique pour le poumon, par exemple, émet sept mSv de rayonnement. 

De plus, l’appareil n’utilise pas de matériaux comme l’uranium pour provoquer une réaction. Il n’y a donc pas de risque de réaction en chaîne incontrôlée pouvant mener à une explosion. 
 
Pour en apprendre plus sur le cyclotron et la sécurité de l’équipement, visitez la section dédiée au NCH sur le site Web du CHU.




Laisser un commentaire



 Security code