Contenu de la page.
Soins palliatifs

Soins palliatifs - Protocole de détresse

Mots clefs

Détresse, "détresse respiratoire", Douleur, hémorragie, Morphine, Protocole, Scopolamine, "Soins palliatifs", Versed

Description

Les soins palliatifs visent le confort des usagers en fin de vie. Pour se faire, la gestion de la douleur et des inconforts sont les mots-clés des soins médicaux et infirmiers qui seront prodigués.

Le protocole de détresse peut être administré lorsque les médicaments réguliers ne sont plus suffisants pour maintenir un confort, ou lorsque l’état se détériore rapidement.

Le protocole de détresse vise à soulager rapidement les signes et symptômes de détresse pouvant survenir chez l’usager.

Le protocole est administré par l’infirmière selon une prescription médicale, suite à l’évaluation de l’état de l’usager.

L’utilisation du protocole de détresse n’est jamais prévue à l’avance. Il est requis pour diminuer la douleur et l’inconfort de l’usager.

Symptômes

Le protocole de détresse pourrait être administré si l’usager souffre d’une détresse respiratoire, d’une hémorragie aigüe ou d’une douleur spontanée et intolérable. Peu importe la cause, l’usager doit également éprouver de l’agitation ou de l’anxiété.

Santé, bien-être et développement

Afin de soulager votre proche, le protocole de détresse peut être administré. Ce protocole consiste généralement en l’administration de trois différents médicaments :

  • Le versedMD (Midazolam) : Sédatif et amnésique utilisé afin d’aider l’usager à ne pas être conscient des événements présents et éviter une augmentation importante du niveau d’anxiété. Il est le premier à être administré puisqu’il agit rapidement.
  • La scopolamine : Sédatif qui diminue les sécrétions bronchiques. Il réduit l’effort respiratoire, particulièrement lorsque l’usager est embarrassé de sécrétions. Son effet sédatif et amnésiant est très bénéfique pour l’usager.
  • Morphine, hydromorphone (DilaudidMD) ou Fentanyl : Analgésique narcotique qui réduit la fréquence respiratoire jusqu’à un niveau confortable. Il diminue la sensation de difficulté respiratoire et potentialise l’effet sédatif des autres médicaments. Il réduit également la douleur.

Suite à l’administration du protocole, l’infirmière avisera le médecin afin que celui-ci puisse ajuster la médication usuelle de l’usager, lorsque requis, afin de réduire les risque que la situation se reproduise.

Si la détresse persiste, le protocole pourrait être administré à nouveau 20 minutes après l’administration du premier protocole, si l’ordonnance médicale le précise.

Dernière révision du contenu : le 21 mars 2019

Signaler une erreur ou émettre un commentaire