Contenu de la page.

Nouvelle publication pour l’UETMIS

21 janvier 2019

L’utilisation de la prémédication pour la prévention des réactions d’hypersensibilité lors d’un examen d’imagerie médicale avec injection d’un agent de contraste iodé est le thème abordé dans une nouvelle publication de l’UETMIS.
 
Utilisation de la prémédication pour la prévention des réactions d’hypersensibilité lors d’un examen d’imagerie médicale avec injection d’un agent de contraste iodé
Les procédures radiologiques impliquant l’injection d’un agent de contraste iodé par voie intravasculaire sont largement répandues en imagerie médicale et habituellement sans danger pour les patients. Toutefois, des réactions indésirables dont la gravité peut varier d’une simple rougeur au site d’injection jusqu’à une réaction anaphylactique peuvent quelques fois survenir. Différentes mesures préventives, dont l’administration d’une prémédication, peuvent être mises en place afin de réduire le risque de réaction d’hypersensibilité aux agents de contraste iodés. En raison de la controverse sur la pertinence de cette mesure, l’Unité d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé (UETMIS) a été sollicitée par le chef du Département d’imagerie médicale du CHU de Québec-Université Laval (CHU) afin de déterminer si l’administration d’une prémédication en prévention des réactions d’hypersensibilité aux agents de contraste iodés chez les personnes à risque est une pratique à modifier dans l’établissement.
 
Les guides de pratique clinique disponibles suggèrent généralement de considérer l’administration d’une prémédication en prévention chez les patients ayant déjà eu une réaction d’hypersensibilité à un agent de contraste iodé. Toutefois, ces recommandations s’appuient sur des études de faible qualité, publiées pour la plupart depuis plus de 20 ans et réalisées dans des populations non à risque, c’est-à-dire sans antécédent de réaction antérieure à un agent de contraste iodé.
 
Deux études récentes avec devis rétrospectif indiquent que l’administration d’une prémédication chez les patients ayant une histoire antérieure de réaction à un agent de contraste iodé pourrait diminuer le risque de présenter à nouveau une telle réaction lors d’un examen subséquent en radiologie avec injection d’un agent de contraste. Une des études révisées suggère également que, lorsqu’une réaction d’hypersensibilité aux agents de contraste iodés survient chez un patient ayant reçu une prémédication, cette dernière est habituellement de gravité similaire ou plus faible que la réaction antérieure. En considérant l’ensemble des données probantes disponibles et les discussions avec les experts du CHU, l’UETMIS recommande au Département d’imagerie médicale du CHU de Québec de modifier les pratiques de prévention des réactions d’hypersensibilité aux agents de contraste iodés en ciblant mieux les patients pour qui l’administration d’une prémédication pourrait être bénéfique.
 
Pour lire l’article complet : https://www.chudequebec.ca/getmedia/17b8ef8c-75a8-4ebe-8788-75e8cadb5352/RER_01_19_allergie-agent-de-contraste.aspx
 

Dernière révision du contenu : le 21 janvier 2019

Signaler une erreur ou émettre un commentaire