Contenu de la page.

Pertinence de la thérapie par pression négative pour le traitement des plaies complexes

20 mars 2019

La pertinence de la thérapie par pression négative avec instillation pour le traitement des plaies complexes est le thème abordé dans une nouvelle publication de l’UETMIS.
 
Une plaie chirurgicale ou non chirurgicale est généralement dite « complexe » lorsqu’elle ne guérit pas selon le processus normal de cicatrisation ou qu’elle est à risque de complications. La stratégie thérapeutique repose sur différents traitements qui visent à éliminer les tissus nécrotiques et à favoriser l’épithélialisation. La thérapie par pression négative (TPN) appliquée au site de la plaie est parfois indiquée pour certains patients sélectionnés. Au cours des dernières années, de nouveaux dispositifs de TPN ont été développés pour permettre d’ajouter une instillation contrôlée de solutions topiques sur la plaie en complément du mécanisme de succion. Le CHU de Québec-Université Laval (CHU) dispose actuellement d’un parc technologique constitué d’appareils de TPN sans instillation pour le traitement des plaies complexes. L’Unité d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé (UETMIS) a réalisé, à la demande de la Direction des soins infirmiers (DSI), une évaluation de la TPN avec instillation afin de déterminer si cette technologie devrait être introduite au CHU pour le traitement des plaies complexes chez certains patients hospitalisés.
 
La présente évaluation s’appuie sur une revue systématique de la littérature portant sur l’efficacité et l’innocuité de la TPN avec instillation, une estimation sommaire des coûts reliés à son utilisation, une enquête de pratiques sur la TPN avec instillation menée dans d’autres hôpitaux québécois et les échanges avec un groupe interdisciplinaire d’experts du CHU. L’analyse des données recueillies indique que la TPN avec instillation pourrait contribuer à améliorer et à accélérer le processus de fermeture des plaies et l’éradication des infections comparativement aux soins standards ou à la TPN sans instillation. Il n’est toutefois pas possible de déterminer si son utilisation peut entraîner une réduction de la durée du traitement, du séjour hospitalier ou encore du nombre d’interventions chirurgicales additionnelles à réaliser. Ces résultats proviennent d’un nombre limité d’études de faible qualité méthodologique et à risque élevé de biais d’influence. L’innocuité de l’ajout de l’instillation à la TPN a été peu documentée, mais selon les données issues de la littérature et de l’enquête de pratiques, les complications en lien avec son utilisation seraient rares. La TPN avec instillation est implantée depuis quelques années dans d’autres centres hospitaliers au Québec. Cependant, les indications cliniques et les modalités pour son administration ne sont pas standardisées. Par ailleurs, le coût unitaire pour l’administration d’un traitement de TPN avec instillation est proche du double de celui associé à la TPN standard.
 
En considérant l’ensemble des données probantes recueillies dans le cadre de cette évaluation et le contexte actuel au CHU, l’UETMIS recommande la réalisation d’une étude pilote auprès d’un nombre limité de patients hospitalisés. Cette étude devrait permettre d’apporter un éclairage supplémentaire sur la pertinence d’introduire au CHU la TPN avec instillation et sur la place qui pourrait lui être accordée dans le traitement des plaies complexes.
 
Pour lire le rapport complet : https://www.chudequebec.ca/getmedia/234013e6-e674-4d80-8905-f8d39aef0d40/RAPPORT_03_19_TPNi_1.aspx
 
Pour consulter les autres publications de l’UETMIS : https://www.chudequebec.ca/professionnels-de-la-sante/evaluation/publications.aspx
 

Dernière révision du contenu : le 20 mars 2019

Signaler une erreur ou émettre un commentaire