Contenu de la page.

Découverte d’une nouvelle bactérie nommée en l’honneur du Dr Michel G. Bergeron

1 septembre 2016

Michel G.Bergeron.

Québec, le 1er septembre 2016 – Une étude de génomique bactérienne menée récemment par une équipe du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval vient d'être publiée dans le numéro de Septembre 2016 de Genome Announcements. Elle décrit une nouvelle espèce de bactérie isolée d'une femme ayant une flore microbienne vaginale perturbée.

Au cours d'une étude clinique pour caractériser la flore vaginale des femmes, l'équipe dirigée par les Drs Maurice Boissinot et Rabeea Omar a cultivé et isolé une bactérie jusqu'alors inconnue. Ils ont déchiffré la séquence de son génome et réalisé qu'elle était si éloignée de toutes les bactéries précédemment décrites qu'elle appartenait à une nouvelle espèce et qu'elle était aussi le premier représentant d'un nouveau genre bactérien. Les chercheurs ne savent pas encore le rôle de la nouvelle bactérie dans la santé humaine, mais les données génomiques suggèrent que cette nouvelle espèce est couramment associée avec le microbiote, soit l’ensemble des microorganismes vivant dans notre corps. La séquence du génome de la nouvelle espèce bactérienne, couplée à une caractérisation plus poussée rendue possible par sa culture, contribuera à une meilleure compréhension des microbes vivants étroitement associés aux humains.

Les scientifiques ont baptisé la nouvelle espèce bactérienne Criibacterium bergeronii en l’honneur de leur mentor, le Dr Michel G. Bergeron et du centre de recherche qu'il a fondé, le Centre de recherche en infectiologie (CRI) de l'Université Laval. Le Dr Bergeron a consacré la moitié de sa vie professionnelle à la protection autonome des femmes contre les infections transmissibles sexuellement (ITS). Avec le Dr Rabeea Omar et son équipe, ils ont inventé le Condom Invisible®, un gel vaginal imperceptible avec applicateur spécial donnant aux femmes le pouvoir de se protéger elles-mêmes contre le VIH et d'autres ITS, en plus de contrôler les grossesses non désirées.

Au cours des 7 dernières années, le Dr Bergeron et son équipe avaient décrit 4 nouvelles bactéries (références indiquées ci-dessous). Il en a nommé 3 d’après son université bien-aimée (lavalense), sa ville (quebecensis) et son mentor (gauvreauii). Maintenant, le temps est venu pour les collègues du Dr Bergeron de nommer l'espèce bactérienne nouvellement découverte pour honorer son nom et reconnaître ses contributions, ainsi que les contributions de son centre de recherche dans le domaine des maladies infectieuses depuis plus de 40 ans.

Liens vers l’article de Genome Announcements : http://genomea.asm.org/content/4/5/e00959-16.full

Pour plus d’informations sur les 4 bactéries citées plus haut et sur la carrière du Dr Michel Bergeron : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4692293/

 

À propos du CHU de Québec-Université Laval

Regroupant le CHUL, L'Hôtel-Dieu de Québec, l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, l'Hôpital du Saint-Sacrement et l'Hôpital Saint-François d'Assise, le CHU de Québec-Université Laval est le plus important centre hospitalier universitaire du Québec et l'un des plus grands au Canada. Dispensant des soins généraux et spécialisés, mais surtout surspécialisés, le CHU de Québec-Université Laval dessert la population de tout l'est du Québec, soit un bassin de près de deux millions de personnes. Étroitement lié à l'Université Laval et orienté vers l'avenir, il détient également une mission d'enseignement, de recherche dans de nombreux domaines d'excellence et d'évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé. Le CHU de Québec-Université Laval compte plus de 14 000 employés, 1 600 médecins, dentistes et pharmaciens, 329 chercheurs réguliers et associés, de même que 208 chercheurs affiliés et 680 bénévoles. 

Dernière révision du contenu : le 2 septembre 2016

Signaler une erreur ou émettre un commentaire