4 000 femmes recherchées pour une étude visant à mieux évaluer le risque de cancer du sein



Lancée dans les dernières semaines, une étude du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval (CRCHU) portant sur le dépistage par mammographie du cancer du sein vise à recruter 4 000 femmes dans les régions de la Capitale-Nationale et de Lanaudière. Le projet PERSPECTIVE, mené par les chercheurs Jacques Simard, Dre Jocelyne Chiquette, Michel Dorval et Hermann Nabi, a pour objectif d’évaluer plus précisément et de façon personnalisée le niveau de risque de cancer du sein. 

Une approche multifactorielle novatrice
Actuellement, les recommandations concernant le dépistage du cancer du sein sont basées principalement sur l’âge et sont donc sensiblement les mêmes pour toutes les femmes. L’étude PERSPECTIVE, entièrement réalisée en ligne et dirigée par le professeur Jacques Simard, chercheur au CRCHU et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique à la Faculté de médecine de l’Université Laval, vise à déterminer s’il est possible de personnaliser le dépistage par mammographie selon le risque de chaque femme.

Grâce à une approche personnalisée comme celle que propose PERSPECTIVE, les femmes considérées comme davantage à risque pourraient par exemple obtenir un dépistage précoce et des suivis plus fréquents, avant même l’âge de 50 ans. Selon les pratiques cliniques recommandées actuellement, la mammographie n’est pas prescrite pour une femme de moins de 50 ans sans symptôme clinique et sans histoire familiale de cancer.

« Cette étude introduit un outil novateur de prédiction du risque de cancer du sein combinant un score de risque incluant près de 300 variations génétiques déterminé par un simple test de salive, les antécédents familiaux de cancers, des facteurs hormonaux, certaines habitudes de vie ainsi que la densité mammaire évaluée par mammographie », explique Jacques Simard.

L’équipe de recherche précise que l’objectif est d’être en mesure de déterminer plus précisément le risque de développer un cancer du sein de chaque femme et, ainsi, de lui proposer un plan d’action de dépistage adapté à son risque individuel, qui sera discuté avec son médecin ou son infirmière praticienne spécialisée. Cette étude permettra également de mieux comprendre les enjeux de nature psychosociale pour les femmes ainsi que les défis organisationnels de la mise en œuvre d’une telle approche personnalisée de dépistage dans notre système de santé public.

Les résultats d’un sondage impliquant plus de 4 200 Canadiennes de 30 à 69 ans indiquent clairement qu’elles sont intéressées à connaître leur risque de cancer du sein et qu’elles seraient prêtes à ce que la stratégie de dépistage soit adaptée en fonction de leur risque individuel.

« Avec un projet de l’envergure de l’étude PERSPECTIVE, qui est basée sur les résultats des travaux de nos chercheurs sur les variations génétiques associées au cancer du sein, le CHU de Québec-Université Laval et son centre de recherche se positionnent comme des leaders internationaux en recherche en oncologie, et permettra d’aller encore plus loin dans l’innovation et la prévention du cancer du sein », selon Martin Beaumont, président-directeur général du CHU de Québec-Université Laval.

Pousser l’innovation encore plus loin : une étude entièrement réalisée en ligne
Pour la toute première fois au Québec pour un projet du genre, le recrutement et les différentes étapes de l’étude se réaliseront entièrement en ligne, grâce à une plateforme Web hautement sécurisée. 

Le recrutement, qui vise la participation de 4 000 femmes ayant passé une mammographie dans les régions de la Capitale-Nationale et de Lanaudière, a débuté le 22 juin dernier. Dans un premier temps, les femmes sont invitées à répondre à un questionnaire sur le site Web de l’étude (www.etudeperspective.ca) afin de connaître leur admissibilité. Les participantes admissibles peuvent ensuite effectuer les étapes suivantes en ligne, ce qui facilite grandement le processus et assure la sécurité des participantes en cette période de pandémie.

Cette formule semble porteuse de succès, car depuis l’annonce médiatique du projet PERSPECTIVE, le 18 août dernier, plus de 1 000 femmes ont été recrutées pour y participer.

Une collaboration internationale
Mener un projet de cette envergure implique une collaboration non seulement entre les chercheurs d’un même centre, mais aussi d’ailleurs dans le monde. La liste de chercheurs et collaborateurs au projet, tant au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval qu’au niveau national et international, peut être consultée sur le site Web www.etudeperspective.ca/equipe/
 




Laisser un commentaire
 Security code




Dernière révision du contenu : le 23 décembre 2020

Signaler une erreur ou émettre un commentaire