Congrès provincial de la recherche mère-enfant 2020 en mode virtuel : défi relevé pour le CRCHU



Chaque année, les chercheurs et les étudiants des quatre centres de recherche universitaires du Québec impliqués en recherche mère-enfant se réunissent afin d’échanger sur les derniers développements dans leur domaine. À tour de rôle, chaque centre est en charge de l’organisation. Et vous l’aurez deviné : le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval a hérité d’une édition 2020 toute particulière!

Malgré le contexte actuel, qui rend impossible la tenue de grands événements en présentiel, il était impensable que les quatre grands centres de recherche pédiatrique du Québec ne puissent tenir leur rencontre annuelle en 2020 pour partager leurs dernières avancées en recherche mère-enfant. Le comité en charge de l’organisation de ce congrès, piloté par Aline Dumas, coordonnatrice aux événements pour le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval (CRCHU), a su s’adapter et innover en proposant une programmation 100 % virtuelle riche en rencontres et en échanges pour la valorisation de la recherche mère-enfant et la formation de la relève. 

Bien que le congrès prévu en mai se soit plutôt tenu en octobre, il a été un véritable succès sur le plan de la participation. Cette formule, qui a permis aux gens ne pouvant habituellement pas se déplacer dans la région de participer aux échanges, a accueilli un record de 280 participants et présentateurs, chercheurs, étudiants et professionnels. Ceux-ci ont pu naviguer durant une journée et demie dans les espaces virtuels proposés.

Par ailleurs, le Dr Richard Bélanger, chercheur-clinicien et directeur scientifique du congrès, a proposé d’articuler, pour la première fois, les conférences autour d’un thème : la santé décloisonnée, qui inclut l’environnement, la famille, les infrastructures et la communauté. Cette ouverture a permis la présentation de plus de 120 projets dans 7 sphères de la recherche mère-enfant, tant sur le plan des soins cliniques que de la recherche fondamentale. Les sujets ont été variés : planification de grossesse, développement de l’enfant, santé mentale et familiale, santé publique et environnementale, pratiques optimales de soins… Des résultats préliminaires d’études sur la COVID-19 ont également été présentés.

Pour Aline Dumas, qui a dû apprendre à la vitesse grand V comment organiser un événement virtuel de grande envergure, les semaines menant à ce congrès ont été chargées : « Si l’apprentissage et la prise en main des nouvelles plateformes numériques pour organiser un tel évènement ont représenté un défi pour moi, il en était de même pour les 42 présentateurs et présidents de sessions, les 25 évaluateurs et tous les participants, principalement pour les sessions de présentation des affiches qui se devaient d’être tout aussi conviviales qu’en présentiel! Une partie importante du travail aura été d’expliquer au mieux le fonctionnement de ces outils, de répondre à toutes les questions et de m’assurer que chacun puisse accéder en tout temps aux présentations. »

Le congrès provincial de la recherche mère-enfant aura certes posé bien des défis, mais aura par-dessus tout permis le rapprochement des équipes de recherche des centres de recherche du CHU de Sherbrooke, du CHU Sainte-Justine, du Centre universitaire de santé McGill et du CHU de Québec-Université Laval. Grâce à l’appui de la Fondation des étoiles, l’excellence de huit étudiants a pu être soulignée par la remise de prix pour meilleures présentations orales et par affiche.




Laisser un commentaire



 Security code




Dernière révision du contenu : le 23 décembre 2020

Signaler une erreur ou émettre un commentaire