La page des soins - Septembre 2021



Lumière sur… 

Le traitement d’érythrocytaphérèse maintenant offert au Centre Mère-Enfant-Soleil

L’anémie falciforme (AF) est une maladie chronique entraînant la production d’une hémoglobine structurellement anormale (HbS) et provoquant des complications qui peuvent être potentiellement mortelles.

Par Julianne Cassista, infirmière de pratique avancée, secteur hémato-oncologie pédiatrique (par intérim)

Ces complications peuvent survenir, entre autres, lorsque les traitements de première ligne ne suffisent plus (médication, transfusion, etc.). L’érythrocytaphérèse est un traitement efficace pour éliminer les globules rouges défectueux et les remplacer par des globules normaux. Au Québec, tous les enfants atteints d’AF recevaient jusqu’à tout récemment ce traitement à Montréal, peu importe leur région domiciliaire. Cette clientèle souvent en contexte de vulnérabilité (culturelle, financière, etc.) pouvait éprouver beaucoup de difficultés, voir l’impossibilité de gérer ces situations, au risque de conséquences graves pour l’enfant. 

Heureusement, depuis maintenant un peu plus d’un an, et grâce à un partenariat entre l’équipe de la clinique d’hématologie adulte de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus et l’équipe de l’unité d’hémato-oncologie pédiatrique Charles-Bruneau, il est possible, à même le Centre Mère-Enfant-Soleil (CMES) du CHU de Québec-Université Laval, d’offrir ce traitement. L’unité de soins et la clinique externe d’hémato-oncologie pédiatrique offrent des soins tertiaires et doivent rester à l’avant-garde des nouveaux traitements afin de répondre à la mission de soins ultraspécialisés en hématologie et en oncologie pédiatriques. Le personnel y œuvrant cultive une vision convaincante, stimulante et axée sur l’amélioration de la santé des enfants. 

Afin de réaliser ce projet d’envergure, plusieurs acteurs ont su démontrer leurs grandes compétences cliniques et de gestion de projet. Cheffe d’unité, hémato-oncologues, pharmaciens, infirmière de pratique avancée (IPA), conseillère en soins infirmiers (CSI) et infirmières de l’unité de soins ont tous su relever ce défi.

Les infirmières détiennent les connaissances requises pour la surveillance clinique d’un enfant sous traitement d’érythrocytaphérèse. Leurs compétences se définissent, entre autres, par le fait qu’elles initient, ajustent et comprennent bien les principes de ce traitement. Elles travaillent en collaboration avec l’hémato-oncologue. Grâce à leur évaluation, les infirmières impliquées effectuent des suivis complexes, comme celui de la coagulation et de la perfusion de gluconate de calcium. Quotidiennement, elles résolvent les problèmes rencontrés lors d’un traitement. Elles accompagnent l’enfant et sa famille dans cette expérience de soins. De plus, l’IPA et la CSI les assistent lors des soins et répondent à leur besoins cliniques afin d’assurer un traitement de qualité.

Grâce à cette équipe d’expérience, les enfants atteints d’AF peuvent maintenant recevoir leur traitement d’érythrocytaphérèse dans leur région. L’équipe de l’unité d’hémato-oncologie pédiatrique Charles-Bruneau est « fière du travail accompli »!

erythrocytapherese_1_800x504.jpg
De gauche à droite : Mélanie Chantal, Julianne Cassista, Anthony Dallaire, Philippe Vachon-Degarie, au bas : Geneviève Robitaille-Roussel.
Photo de droite : Système d’aphérèse Spectra Optia.



 

L’informatisation du formulaire de prise de décision et de réévaluation pour les mesures de contrôle

Le respect envers l’usager doit être considéré dans toutes nos interventions et interactions. Il se traduit, entre autres, par la conservation de la liberté de mouvement, de la mobilité et de la dignité de celui-ci.

Par Martin Parent, conseiller en soins infirmiers, volet informatique clinique, et Karine Maltais, infirmière de pratique, avancée secteurs santé mentale et soins palliatifs

Dans cette perspective, il est clair que l’utilisation d’une mesure de contrôle constitue une entrave à la liberté et va à l’encontre de la valeur fondamentale du respect de la personne. C’est pour cette raison que l’utilisation d’une mesure de contrôle doit être limitée à la présence d’un danger imminent pour la personne ou pour autrui. Elle doit être envisagée en dernier recours, lorsque toutes les mesures de remplacement appropriées à la situation ont été appliquées et évaluées, mais qu’aucune d’elles n’a réussi.

D’un point de vue juridique et dans un souci de continuité des soins, il est de première importance de documenter l’ensemble des aspects relatifs : 

  • au processus décisionnel; 
  • aux modalités d’application; 
  • au processus de réévaluation et de suivi d’une mesure de contrôle. 

La documentation des professionnels doit donc refléter rigoureusement toutes les interventions visant à assurer la sécurité de la personne dans le respect de ses droits. 

Afin de faciliter l’accès à l’information, l’inscription et la consultation des documents, une équipe clinique régionale a travaillé, en collaboration avec l’équipe de service du Dossier clinique informatisé – Cristal-Net, à l’informatisation du formulaire en lien avec la prise de décision et de réévaluation pour une mesure de contrôle. Ce nouveau formulaire électronique vise à améliorer la cohésion des actions des équipes de soins. Pour le CHU de Québec-Université Laval, cela signifie que le formulaire papier (CQ7056) passera en mode numérique dans Cristal-net. 


Mesure_controle_1_800x162.jpg
Page d’accueil du formulaire de mesures de contrôle (contention/isolement). À gauche : liste des mesures de contrôle actuelles. À droite : bouton permettant la création d’un nouveau formulaire de mesure de contrôle.



Mesure_controle_2_800x405.jpg 
Formulaire électronique de mesure de contrôle. Les informations affichées sont identifiées sur l’image.



Le formulaire de consentement demeurera disponible advenant le cas où le professionnel voudrait faire signer l’usager ou son proche, mais il sera aussi possible de documenter le consentement verbal à l’intérieur de l’outil informatisé. Par ailleurs, le formulaire de surveillance (CQ171) demeurera en format papier, puisque la surveillance peut être assurée par l’infirmière, l’infirmière auxiliaire ou le préposé aux bénéficiaires et qu’elle est documentée au chevet de l’usager.

Le déploiement du formulaire informatique aura lieu en octobre 2021. Une courte formation, sous forme de présentation narrée, est déjà offerte dans l’ENA (pour trouver la formation dans l’ENA, inscrire 10643 dans le moteur de recherche) afin de rappeler les exigences professionnelles et de présenter l’utilisation du formulaire électronique. Il est fortement recommandé de suivre la formation avant le déploiement officiel. 

Plus de détails suivront dans les prochaines semaines. Surveillez les collaborateurs cliniques de la DSI!



 

La clinique l’Envolée déploie ses ailes

C’est avec un immense plaisir et beaucoup de fierté qu’un infirmier et deux infirmières praticien(ne)s spécialisé(e)s (IPS) en soins pédiatriques vous annoncent l’ouverture de la clinique l’Envolée, le 20 septembre 2021, à l’Hôpital Saint-François d’Assise (HSFA).

Par Alexandra Guillemette, Carl Lebel et Émilie Rondeau, infirmier(ère)s praticien(ne)s spécialisé(e)s en soins pédiatriques (IPSSP)

Cette clinique a pour but d’offrir des soins spécialisés aux nouveau-nés, et ce, dès les premières semaines suivant la naissance. Cette réalisation est rendue possible grâce à la collaboration de l’équipe de pédiatrie générale et des îlots parents-enfants de l’HSFA.

Œuvrant déjà aux îlots parents-enfants et à la pouponnière de l’HSFA et du CHUL, ces IPSSP ajouteront une nouvelle offre de services dans un milieu où aucune clinique de ce genre n’existe dans la région. La clinique l’Envolée sera située au département des cliniques externes d’obstétrique (bloc A4) afin de favoriser la proximité pour les familles. Que ce soit pour un état de santé particulier ou un soutien spécifique aux nouvelles familles, les IPSSP pourront assurer un suivi adéquat à court terme et, par le fait même, permettre le développement optimal des nouveau-nés. Par exemple, un nouveau-né quittant l’hôpital avec un petit poids et qui serait en attente d’une prise en charge par un professionnel pourrait bénéficier d’un suivi à la clinique l’Envolée pour assurer une prise pondérale optimale. 

Des travaux sont en cours avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale pour créer un corridor de services afin de répondre aux préoccupations des infirmières des CLSC et des parents qui sont en attente d’une prise en charge par un professionnel de première ligne. L’objectif est d’offrir des services ponctuels pour des problèmes de santé chez les nouveau-nés et les nourrissons notés par les infirmières du CLSC lors d’une évaluation. Par exemple, si l’infirmière du CLSC voit un nourrisson de trois semaines de vie ayant un teint ictérique et que ce dernier est en attente d’un suivi par un médecin de famille, la clinique l’Envolée pourrait évaluer le nourrisson afin de déterminer la cause de la persistance de l’ictère chez l’enfant. 

En bref, l’ouverture de la clinique l’Envolée crée une nouvelle offre de services unique dans la région de Québec. Cela permettra de répondre à un besoin réel chez cette clientèle dans le but de prendre en charge des problèmes plus rapidement et de potentiellement éviter des hospitalisations ultérieures.

Finalement, il est important de souligner que la création de la clinique a été rendue possible grâce à l’implication de divers intervenants. Sans leur mobilisation, ce projet n’aurait pas vu le jour. L’équipe d’IPS tient à remercier plus particulièrement les personnes suivantes : Dre Isabelle Bouchard, Dre Josée-Anne Gagnon, Mme Josée Gaudreault, Mme Rosalie Roy, M. Simon Tardif et Mme Véronique Toussaint qui se sont impliqués d’une façon exceptionnelle à la mise en place de la clinique l’Envolée.



 

Passez le mot!

Ensemble, on célèbre la relève!

Rachel_Bolduc_250x310.jpg
Mme Rachel Bolduc, assistante infirmière chef en médecine (BE5) à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus​.

Le 26 août dernier s’est tenue la quatrième activité de socialisation pour la relève du CHU de Québec-Université Laval sur la plateforme TEAMS, organisée par le secteur de l’intégration et du soutien clinique du personnel infirmier (DSI), en collaboration avec le Comité relève infirmière et infirmière auxiliaire (CRIIA). La mission de cet événement est de faciliter l’intégration des nouveaux employés en soulignant leur arrivée au sein de l’organisation et en contribuant à leur développement professionnel. Nous tenons à remercier l’ensemble du personnel ayant pris part de près ou de loin à la logistique organisationnelle de cet événement, ainsi qu’à tous ceux et celles qui ont participé à la soirée. 

Encore une fois cette année, les participants ont été invités à nommer un mentor qui a fait la différence dans leur parcours d’intégration. Des centaines ont répondu à l’appel et ont nommé un mentor coup de cœur. Un tirage au sort a été fait parmi les candidatures. Félicitations à Rachel Bolduc, assistante infirmière chef en médecine (BE5) à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, qui a reçu ce beau message : « Elle m’a toujours soutenue, écoutée sans jugement et avec la pandémie, elle a aidé notre chef énormément tout en restant disponible pour le personnel. Elle est toujours à l’écoute quand nous avons besoin de verbaliser, elle prend toujours le temps d’expliquer lorsque l’on questionne, elle s’assure toujours que nous sommes correct dans notre équipe. » Grâce à notre partenaire or, Desjardins-Caisse du réseau de la santé, Rachel Bolduc a remporté un certificat cadeau de 150 $ au StrØm Spa! Un mot de reconnaissance sera acheminé à tous les mentors coup de cœur qui ont été nommés. Merci sincère! Vous faites la différence pour notre relève!

Le comité organisateur de l’activité de socialisation



 

Hygiène des mains : testez vos connaissances!

AgrementCanada_Etoile_125x125.jpg

1.    Combien y-a-t-il de moments pour procéder au lavage des mains?   
a)    2
b)    3
c)    4 

2.    Combien de temps doit durer le lavage des mains au lavabo pour réduire de façon significative la prolifération des germes?   
a)    30 secondes 
b)    40-60 secondes
c)    20 secondes 
 
3.    Pour réduire de façon significative la prolifération des germes sur les mains, la friction des mains avec le produit hydro-alcoolisé doit durer combien de temps?  
a)    10 secondes 
b)    20-30 secondes 
c)    40 secondes 

4.    Au moment de l’accueil au CHU de Québec-Université Laval, tous les intervenants doivent avoir été informés des règles de bonnes pratiques de l’hygiène des mains. Concernant l’engagement à l’hygiène des mains, les intervenants doivent :
a)    l’avoir lu lors de l’embauche
b)    en avoir pris connaissance dans le SPOT
c)    l’avoir signé lors de l’accueil


Réponses : 
1.    C : les quatre moments sont : avant le contact initial avec l’usager ou son environnement; avant une intervention aseptique; après un risque d’exposition à des liquides organiques; après un contact avec un usager ou son environnement.
2.    B
3.    B
4.    C

 Références :
•    Politique no 174-01 : Politique d’hygiène des mains du CHU de Québec-Université Laval
•    Agrément Canada – Manuel Unité d’hospitalisation (2019) – POR 3.2.2 La formation sur l’hygiène des mains est offerte aux membres de l’équipe et aux bénévoles.
 

 

Midi-Conférence du CII

ConfCII_20SEPT-COVID_700x906.jpg
 

Restez informé!

 

Suivez votre CII :

Facebook : Cii-CHU de Québec-Université Laval
Le SPOT : section CII









 


Laisser un commentaire
 Security code




Dernière révision du contenu : le 13 septembre 2021

Signaler une erreur ou émettre un commentaire