La page des soins – Octobre 2023



Mettre un visage sur l’entraide des infirmières 

Depuis la période estivale 2023, un grand mouvement de collaboration au sein de la profession infirmière s’est orchestré en hémodialyse au CHU de Québec-Université Laval (CHU).

Ce secteur étant principalement névralgique en raison de l’impossibilité d’annuler les traitements vitaux d’hémodialyse, il devenait essentiel de mettre en place des mesures pour assurer la sécurité des usagers. 

Dans un élan de solidarité, des infirmiers et des infirmières en provenance de plusieurs centres hospitaliers du Québec se sont mobilisés. 

Mettons en lumière le nom et le visage de ces courageuses et courageux qui ont choisi volontairement de modifier leur méthode de travail, leur équipe, leur hôpital et même leur région pour venir soutenir leurs collègues infirmières en hémodialyse de L’Hôtel-Dieu de Québec.

  
Mélissa-Ève McNeil, infirmière clinicienne assistante-chef (à gauche) et Marie-Pier Tremblay, infirmière clinicienne (à droite), Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

  
Fazia Ladjimi, infirmière clinicienne (à gauche), et Mireille Lagacé, infirmière, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

  
Pascale Latulippe, conseillère en soins infirmiers (à gauche), et Isabelle Quirion, infirmière (à droite), Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS-CN).

  
 Jalal Belhoucine, infirmier (à gauche), et  Imane Ider, infirmière, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).


Merci à tous et à toutes de votre mobilisation remarquable!

Ne manquez pas la prochaine parution du Chuchoteur pour en apprendre plus sur les infirmiers et les infirmières en soins intensifs en provenance des autres hôpitaux qui sont venus épauler leurs collègues du CHU.

 


La prise en charge de l’acidocétose diabétique (ACD) pédiatrique maintenant standardisée

L’acidocétose diabétique (ACD) est une complication aiguë du diabète. Elle est la conséquence d’une concentration trop faible d’insuline dans le sang. Elle provoque une acidité de ce dernier liée à l’accumulation de substances toxiques dans le corps, les corps cétoniques. Il s’agit d’une urgence médicale et une hospitalisation est requise. En pédiatrie, l’ACD survient entre 20 et 30 % lors d’un nouveau diagnostic, mais est aussi possible chez les jeunes dont le diabète est déjà diagnostiqué.

Par Julianne Cassista, infirmière de pratique avancée par intérim pour le secteur de pédiatrie

À compter de la fin octobre 2023, de nouvelles ordonnances pré-imprimées guidant la prise en charge de l’ACD pédiatrique seront déployées au Centre mère-enfant Soleil (CMES). Ces ordonnances seront éventuellement accessibles dans toutes les urgences du CHU de Québec-Université Laval (CHU). Un groupe de travail multidisciplinaire a permis la création et l’aboutissement de ces travaux.

La prise en charge standardisée de l’ACD a été établie selon sa classification de sévérité (légère, modérée, sévère). Par conséquent, les traitements, appuyés sur les dernières données scientifiques, ont été adaptés. De plus, des trajectoires d’admission à la suite des traitements initiés à l’urgence ont été établies. Les enfants atteints d’une ACD légère (sans critères d’exclusion) seront admis à l’unité régulière de pédiatrie (A-1100 et A-1500) et seront traités, entres autres, avec de l’insuline sous-cutanée.

Quant à ceux atteints d’une ACD modérée ou sévère, ils seront admis aux soins intensifs pédiatriques (A-1900) et sous perfusion d’insuline intraveineuse. La standardisation de cette nouvelle pratique sera détaillée sur les ordonnances pré-imprimées et servira de guide pour les équipes de soins moins habituées à prendre en charge cette clientèle. 

De ce fait, la prise en charge de l’ACD pour tous les enfants admis au CHU sera basée sur un traitement optimal, novateur et issu de données probantes actuelles.

Un bel avancement et une meilleure expérience de soins pour notre clientèle pédiatrique!

 


Une stomothérapeute du CHU se démarque à nouveau au Canada!

Jessica Larose travaille au CHU de Québec-Université Laval depuis 2012, où elle a débuté comme externe en soins infirmiers. Elle fait partie de l’équipe de stomothérapie depuis maintenant trois ans.

Elle est boursière de l’Association Canadienne du Nursed Specialized in Wound, Ostomy and Continence Canada (NSWOCC), puisqu’elle est l’étudiante qui a obtenu la plus haute note canadienne du volet stomie lors de son parcours académique au WOC Institute en 2022.

Jessica relèvera un nouveau défi dès janvier 2024 à titre de conseillère académique du WOC-EP (Wound, ostomy and continence – educational program) pour offrir la formation aux étudiant(e)s francophones du Canada.

Félicitations Jessica!


 





Laisser un commentaire



 Security code