Contenu de la page.

Des projets astucieux pour assurer la sécurité du personnel

9 décembre 2015

Avoir un milieu de travail sécuritaire, c'est essentiel.

Avoir un milieu de vie sécuritaire est essentiel! Des équipes du CHU de Québec-Université Laval ont trouvé des moyens originaux et efficaces pour faciliter leur travail et le rendre plus sécuritaire. Voici quelques-uns des projets mis en place au cours de la dernière année.
 

Transport de chaises berçantes

Les employés de l’Unité néonatale du Centre mère-enfant Soleil avaient à déplacer des fauteuils de type La-Z-Boy pour les patients. Bien qu’un diable était mis à leur, cet équipement n’était pas adapté à ce type de meuble. Les préposés devaient forcer en mauvaise position pour accomplir la tâche. Après plusieurs essais, un chariot sur roulettes qui se glisse entre les pattes des fauteuils a été conçu sur mesure. Le chariot est facile d’utilisation et tous peuvent effectuer le déplacement de ces meubles imposants.
 

Des chaudrons difficiles à atteindre

Après l’installation de nouveaux chaudrons au CHUL, les cuisiniers avaient de la difficulté à accéder au fond de la cuve puisqu’ils étaient installés plus haut que les anciens. Il y avait davantage de risques de blessures puisqu’en plus de se pencher et s’étirer pour atteindre le fond avec leurs instruments, les cuisiniers montaient sur des bacs en plastique ou autres équipements non adaptés. Pour remédier à la situation, une ébauche de marche a été créée à l’interne et installée pour essai. Après quelques modifications, le modèle final était créé. Rien de semblable n’avait été fait sur le marché pour ce type de situation. Le fond des cuves est désormais plus accessible ce qui facilite grandement les tâches des utilisateurs.
 

Ébola : super habilleurs

Bien que la probabilité d’un cas suspecté d’Ébola soit faible, le CHU a dû s’y préparer avec un court délai, avec des informations nouvelles et continuelles. Le port d’un équipement de protection complexe était requis avant d’entrer dans l’environnement du patient potentiellement contaminé.

L’ordre du retrait de ces équipements était très important afin d’éviter le risque de contamination pour l’employé. C’est pourquoi un réseau de « Supers habilleurs » a donc été développé ; un employé donnait verbalement les consignes sur la façon de mettre et de retirer les équipements de protection, pendant qu’un autre employé s’exécutait. Une liste a été créée pour ne rien oublier. Une formation a été offerte aux employés concernés, en plus de la production d’une vidéo. Un laboratoire de pratique était aussi disponible en tout temps dans chacun des milieux. Le CHU est le seul établissement ayant choisi ce modèle (super habilleurs et laboratoire de pratique). Un an plus tard, les outils développés permettent qu’à tout moment, le personnel puisse recevoir un patient suspecté Ébola. Cette stratégie est facilement exportable dans toutes les situations d’urgence exigeant une transmission rapide de l’information et une application de mesures.
 

Équipe de verbalisation lors d’événement dramatique

Le travail en salle d’urgence est exigeant. Les intervenants sont des personnes qui prennent soin des autres, mais minimisent ce qu’ils vivent et omettent de prendre soin d’eux. C’est pour soutenir le personnel de l’urgence de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus que ce projet a été mis sur pied. Afin d’appuyer leurs collègues, 21 personnes réparties sur tous les quarts de travail ont été formées pour être personnes-ressources et constituer l’équipe de débreffage de l’urgence. Leur mandat est de soutenir le personnel touché par un évènement dramatique. L’objectif est de pouvoir ventiler et verbaliser avant de quitter afin de ne pas amener tout cela à la maison. L’équipe de verbalisation a reçu une formation d’une journée sur la prévention du stress cumulatif et posttraumatique avec un psychologue.
 

Conception de tables de macroscopie

Les tables de macroscopie du Service de pathologie de l’HSS étaient fixes en hauteur et utilisées par plusieurs pathologistes et techniciens de laboratoire de tailles différentes, rendant les postures de travail parfois contraignantes. De plus, la méthode de travail préconisée impliquait l’accès aux tables par le technicien de laboratoire et le pathologiste de part et d’autre de celle-ci, ce qui réduisait l’efficacité du système de captation des produits chimiques pouvant émaner des pièces anatomiques. Le service a donc réaménagé les lieux en élaborant une table de macroscopie sur mesure, plus sécuritaire et répondant mieux aux besoins des utilisateurs en réduisant les postures contraignantes et l’exposition aux produits chimiques. Le nouvel environnement de travail permet également l’ajustement des composantes informatiques avec des supports articulés ainsi qu’une bonne visibilité des pièces grâce à un meilleur éclairage.

Dernière révision du contenu : le 2 mars 2016

Signaler une erreur ou émettre un commentaire